CED et Développement Durable

Imprimer E-mail

développement durable


Le développement durable est « un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des génération futures à répondre aux leurs », citation de Mme Gro Harlem Brundtland, Premier Ministre norvégien (1987).


En 1992, le Sommet de la Terre à Rio, tenu sous l'égide des Nations unies, officialise la notion de développement durable et celle des trois piliers (économie/écologie/social) : un développement économiquement efficace, socialement équitable et écologiquement soutenable.


Tels sont les enjeux que relève la CED dans ses actions de tous les jours à travers les canaux qui distribuent l’eau dans les territoires de la basse vallée de la Durance.

 


La mission première de la CED reste toujours de répartir au mieux la pénurie d’eau sur la Basse Durance entre ses canaux du Vaucluse et des Bouches du Rhône. Elle est aussi là pour rappeler chaque fois que nécessaire aux acteurs et utilisateurs de l’eau, toute l’importance de la pérennité de ses structures et de l’utilisation de la ressource, qui au-delà de sa destination agronomique, nourrit de nombreux secteurs de la vie socio-économique des territoires qu’elle arrose.


Elle assure aussi une courroie de transmission à l’ensemble des canaux de la CED pour optimiser l’alimentation humaine, et l’irrigation agricole. Elle est au coeur de la multi utilisation de l’eau dans les territoires et de son développement durable.


En cinquante ans, suite à l’aménagement conduit par EDF du barrage de Serre-Ponçon, et la constitution d’une réserve de 200 millions de m3 au profit des canaux et de l’agriculture, l’alimentation durable de l’eau dans les territoires a été assurée. A ce titre, EDF a retranscrit en 2012, dans le cadre du Forum Mondial de l'Eau et sous forme de panneaux d'exposition, l'Histoire de la Gestion de l'Eau en Provence (lire cette histoire / télécharger le document).


A trois reprises seulement (1989, 1990 et 2007), les besoins des canaux de la Basse Durance ont été supérieurs à la réserve agricole. Les volumes supplémentaires nécessaires ont été délivrés moyennant indemnisation à EDF, conformément au cahier des charges de la concession.


Les aménagements de Serre-Ponçon par la création du canal usinier ont apporté un grand progrès dans la gestion des prises d’eau. Autrefois directement dans le lit de la rivière, elles posaient d’énormes problèmes de gestion aux exploitants : engravement, assèchement par déplacement des bras vifs de la rivière, etc...


Le Canal de Craponne, le Canal de Marseille et d’autres canaux de la Basse Durance ont dû changer à plusieurs reprises l’emplacement de leurs prises. Aujourd’hui ces prises sont essentiellement installées sur le canal usinier et leur gestion est grandement simplifiée.


L’ensemble de ces aménagements permettant la régulation optimale de l’eau assurent aussi la production d’une énergie renouvelable dans des conditions exceptionnelles de souplesse. Couplée avec celles du Verdon, l’ensemble des 19 usines construites représentent la valeur de deux centrales nucléaires soit 2 000 MW. Ils sont un acquis inestimable pour la vie de la Région.


D’autre part une économie touristique s’est développée autour des retenues. L’activité touristique créée autour du lac de Serre-Ponçon représente aujourd’hui 40 % de la fréquentation estivale des Hautes-Alpes. Le SMADESEP (Syndicat Mixte d'Aménagement et de Développement de Serre-Ponçon) est l’acteur principal et son travail y est essentiel.


En ce début de XXIème siècle les tensions autour de l’eau et de ses usages se durcissent un peu partout à travers le monde. Les évolutions climatiques sont un nouvel élément qui se rajoute à nos contraintes de vie. Notre devoir sur l’ensemble Durance-Verdon est de conserver ces acquis dans l’intérêt de tous. Il est aussi d’anticiper l’avenir avec une ligne de travail de développement durable.